Traitement...

RÉPERTOIRE - 23-24

Le répertoire du Cannes Jeune Ballet Rosella Hightower mélange les ballets issus du grand répertoire, des créations de jeunes chorégraphes et les reprises ou créations de chorégraphes plus célèbres. Il est revisité chaque année afin de proposer toujours plus de nouveauté et d’enrichir les connaissances de nos jeunes danseurs.

Amber

Chorégraphie : Lukas Timulak

Musique : Beastie Boys, Kate Moore

Création novembre 2023 pour le Cannes Jeune Ballet Rosella Hightower

Durée : 21 mn

13 danseurs

Dans cette nouvelle création pour le Cannes Jeune Ballet, le chorégraphe Lukas Timulak travaille avec un collaborateur de longue date, le designer Peter Bilak.

Explorant les limites de la perception visuelle et émotionnelle, la scène devient une toile évolutive, immergeant le public dans un monde où les émotions transcendent les frontières.

La performance est accompagnée de la musique instrumentale des Beastie Boys et des compositions au piano de Kate Moore.

Photo : Nathalie Sternalski

Un Momento di Felicità

Chorégraphie : Renato Zanella

Musique : Nino Rota

Création avril 2023 pour le Cannes Jeune Ballet Rosella Hightower

Durée : 25 mn

13 danseurs

"Quand je crée au piano, j'ai tendance à me sentir heureux, mais - l'éternel dilemme - comment pouvons-nous être heureux au milieu du malheur ? Je ferais tout mon possible pour offrir à chacun un moment de bonheur. C'est ce qui est au cœur de ma musique" (Nino Rota)

Approcher le travail de Nino Rota est certainement un moment de grande émotion et de mémoire, étant donné que des générations ont admiré les films les plus beaux et les plus réussis du réalisme italien embrassés par sa musique. Comment la danse peut-elle aborder cela ?

Deux arts sans voix qui se rencontrent, pour créer de nouvelles émotions notamment en abordant de belles compositions en partie moins connues du grand public et donc un sujet de réflexion et de recherche pour créer de nouvelles dimensions artistiques. De jeunes danseurs approchent Nino Rota, l'interprètent, le vivent mais surtout cherchent ce que sa musique peut apporter aux nouvelles générations.


Il y a une histoire, non, en effet oui, parce que sa musique parle et raconte et prendra ces jeunes par la main avec l'engagement de les faire grandir comme toujours nous a aidés à travers les interprétations de grands réalisateurs tels que Luchino Visconti, Eduardo De Filippo, Mario Monicelli, Franco Zeffirelli et surtout Federico Fellini.

Prendre son envol parmi ses notes, c'est ce qu'on va faire, sur la pointe des pieds sans ajouter un son pour créer une nouvelle interprétation, je dirais avoir l'impression d'être pris par la main par le grand compositeur. Je conclurais par une phrase de F. Fellini qui m'accompagnera dans cette nouvelle création :

“Que savez-vous ? avez-vous déjà entendu le son d'un violon ? Non, car si vous aviez écouté les voix des violons comme nous les entendons maintenant vous vous seriez tus, et vous n'auriez pas l'impudence de croire que vous dansez. La danse c'est… c'est une broderie. C'est un vol. C'est comme entrevoir l'harmonie des étoiles. C'est une déclaration d'amour. La danse est un hymne à la vie !”

(La voce della Luna, FEDERICO FELLINI, 1990)

Renato Zanella

Photo : Nathalie Sternalski


G/S<L (Gently Sick Love)

Chorégraphie : Francesco Nappa

Musique : Peter Broderick, Max Richter

Création 2016 pour le Cannes Jeune Ballet Rosella Hightower

Durée : 7 mn

2 danseurs

G/S<L sigle, dont le son renvoie au nom de la jeune Giselle, est en réalité l’acronyme de l’histoire dont elle est protagoniste.

Giselle, malade de cœur et malade d’amour ; de son amour pour Albrecht.

Un pas de deux de passion, de confiance et en même temps de piège, une danse infinie au-delà de la mort.

L’acronyme se termine par « < L » (= moins grand que « Love ») ; la plus puissante des forces prévaut, ce qui la tue, c’est ce qui la sauve. Tel que dans une forêt, le gazouillement accompagne le couple dans une atmosphère où il est difficile de distinguer si les deux protagonistes ont déjà passé le seuil de la mort.

Photo : Nathalie Sternalski

Terra

Chorégraphie : Didy Veldman

Musique : Julia Kent, Terry Ripley Kronos Quartet

Création 2021 pour le Cannes Jeune Ballet Rosella Hightower

Durée : 20 mn

13 danseurs

Terra est une réflexion sur les éléments actuellement dominants dans notre monde globalisé. Avec les danseurs, nous avons exploré la mesure, la réduction de la surface du sol, les frontières et la pollution, inspirés par le changement climatique et la Covid-19. Je voulais aborder la crise actuelle et l’exprimer avec eux, de manière forte et belle à la fois.

Photo : Patrick Massabo